Joakim Noah portrait d un geant francais

Joakim Noah : portrait d\’un géant français

Chacun ses talents. Joakim Simon Noah s’est construit sa notoriété dans le monde du sport, plus particulièrement au basket. Fils et petit-fils de grands sportifs célèbres, il est aujourd’hui l’une des fiertés nationales de la France.

Une ascension fulgurante

Joakim Simon Noah a vu le jour à New York, le 25 février 1985. Fils de la sculptrice Cécilia Rhode et du champion de tennis français Yannick Noah qui est surtout connu pour sa brillante carrière sportive. Ce métisse franco-américano-suédois est le digne successeur de sa grand-mère paternelle, elle-même joueuse de basket camerounaise. Celui qui se définit comme étant un « viking africain » passe son enfance en France, de trois à treize ans, avant de revenir en Amérique. Sa passion pour le basket est par ailleurs influencée par le fait que Joakim côtoyait fréquemment Patrick Ewing, durant son enfance. Ce dernier et son père sont des amis de longue date. Comme plusieurs des élèves de l’École internationale des Nations Unies où il était inscrit, Joakim Noah joue dans l’équipe de basket de l’établissement. Plus tard, il fait partie de l’équipe de Poly Prep Country Day School avant d’intégrer celle de Lawrenceville School. En 2004, il joue dans l’équipe des Florida Gators, à l’université de Floride. A l’époque, il a dix neuf ans et développe une véritable passion pour le basket-ball. Au sein de cette équipe, il fait 29 matches durant la première saison 2004-2005. Son talent se fait réellement remarquer pendant la deuxième saison. Son équipe sort vainqueur du tournoi de la Southeastern Conference, avant de remporter la première place au Final Four NCAA 2006.

Début chez les Bulls

Les exploits de Joakim Simon Noah n’échappent pas à la fédération française de basket-ball. En 2006, cette dernière l’intègre dans la liste des dix joueurs pré-sélectionnés pour la draft NBA. N’étant pas encore prêt pour entamer une carrière professionnelle, le joueur préfère rester encore une année au sein de l’équipe de Florida, aux cotés de Corey Brewer et d’Al Horford. Finalement, il choisit de signer pour deux ans avec les Chicago Bulls. Il intègre l’équipe le 28 juin 2007. Ses 105 kilos et ses 2,11 mètres en font un pivot sûr au sein des Bulls. Pendant la durée de son contrat, Joakim Simon Noah touche 3 690 000 dollars. Durant les deux premières saisons, il se fait surtout remarqué pour son comportement au sein de l’équipe. Une conduite qui lui vaut le surnom de grande gueule de la NBA. En 2008, décidé à améliorer son jeu, le sportif décide d’adapter son alimentation à la pratique du basket de dimension professionnelle. S’en suit une troisième saison plus glorieuse pour le basketteur, qui explose aux rebonds. Un an plus tard, il est à la première place du classement des meilleurs rebondeurs de la NBA. Les critiques cessent et le journaliste Rick Morrissey mange en direct le papier qu’il a écrit sur Joakim Noah, ayant promis de le faire si jamais le joueur était encore capable de s’améliorer.

Un sportif impliqué

En 2010, après une longue négociation de transfert du basketteur aux Nuggets de Denver, en échange de Carmelo Anthony, Joakim Simon Noah re-signe finalement pour 5 ans supplémentaires avec les Bulls, pour un salaire mirobolant de 60 millions de dollars et des bonus en prime. Le sportif devient, avec ce contrat, le joueur professionnel français le mieux payé. Il devient co-capitaine avec Luol Deng, Carlos Boozer et Derrick Rose. Début 2011, Joakim Simon Noah déclare vouloir défendre les couleurs de la France au championnat d’Europe de basket-ball 2011. Il déclare également avoir envie de faire partie de l’équipe de la France pour les JO 2012. Outre son parcours de sportif professionnel, Joakim Simon Noah porte un grand intérêt à tout ce qui est religion et anthropologie. C’est un supporter du club de foot de l’Arsenal et un grand fan de Bob Marley. Polyglotte, il parle l’anglais, le suédois, le français et possède des notions de base en langue arabe. A l’instar de son père, il est l’ambassadeur de la marque Le Coq Sportif, son sponsor officiel. Durant ses heures libres, Joakim Simon Noah s’investit dans des oeuvres caritatives venant en aide aux jeunes issus de la ville de Chicago. Pour s’impliquer davantage dans cette cause, il a même créé Noah’s Arc Foundation. L’objectif de cette association est d’orienter les jeunes vers les arts et le sport, pour éviter qu’ils ne tombent dans la délinquance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s